Mal être au travail. Ce qu’il faut retenir !

Uniquement 5% des salariés français s’estiment totalement satisfaits et impliqués au sein de leur entreprise. Ce chiffre faible est très parlant. Il signifie que la route à parcourir est encore longue et que de nombreuses idées peuvent être développées afin d’inverser la tendance. Informez-vous sur les chiffres du mal être au travail en France, les intérêts à le combattre et les solutions à envisager ! 

Mal être au travail, les chiffres attestent d’un réel besoin

Selon des sondages réalisés récemment par le Bureau International du Travail, il est facile de constater qu’avoir des salariés heureux augmente non seulement la productivité de l’entreprise mais aussi son image interne et externe. Ainsi, les employés heureux sont 30% plus productifs mais ce n’est pas tout, ils voient leur créativité multipliée par trois ainsi que leurs ventes supérieures aux autres d’environ 37%.

Le taux de turn-over, signal fort du bien-être dans une entreprise, est également impacté, avec une baisse moyenne de 7%. Tout comme les accidents de travail, dont le chiffre se voit diviser par deux. Dernier indicateur important, le taux d’absentéisme, en dessous de la moyenne nationale des 7%, se stabilise autour de 3,4%. 

Le tout simplement en améliorant les conditions de travail des salariés, alors, ça vaut le coup de sauter le pas n’est-ce pas ?

Bien être en entreprise, un investissement rentable ?

Toujours selon le Bureau International du Travail, les situations énoncées précédemment, qui découlent du stress et du mal-être, ont un impact fort, qui peut se calculer à hauteur de 3% du PIB français, soit l’équivalent de 60 milliards d’euros. 
Pour donner des chiffres concrets, on peut citer qu’une amélioration de la satisfaction de seulement 20%, augmente les performances financières de 42% ! Les entreprises qui mettent en action une vraie stratégie voient leur chiffre d’affaires augmenter d’en moyenne 15% par an sur de nombreuses années. 

Finalement, nous pouvons souligner que le bénéfice à tirer des actions dédiées au bien-être des salariés est double. Il engendre une réduction des coûts. Ce qui produit également un impact sur la société civile, car les dépenses pour les frais de santé diminuent considérablement. 

Que faire pour lutter contre le mal être de salariés ?

Maintenant que vous êtes convaincu de l’utilité d’un tel investissement, sachez que des solutions existent pour lutter contre cette problématique. Cette souffrance au travail peut être caractérisée par une perte de motivation, un changement de comportement, des troubles du sommeil ou encore de l’hypertension.  Afin d’y remédier au mieux, nous vous conseillons d’user des pratiques suivantes :  

  • Prendre conscience de ce risque et de ses conséquences.  
  • Détecter les personnes en souffrance. Une personne stressée, repliée sur elle-même ou bien désinvestie dans ses missions présente les signes du salarié en état de mal être. Ce comportement peut être identifié par un professionnel (médecin du travail par exemple) ou par des personnes internes à l’entreprise (collègues, responsable des ressources humaines, managers, etc.). En fonction du nombre de cas identifiés au sein d’une même entreprise, la stratégie à adopter sera différente. 
    Créer un esprit d’entreprise et une cohésion sociale
  • Faire de ses salariés des ambassadeurs du bien-être au travail, en laissant libre court à leurs idées (boite à idées, organisation d’événements entre collègues) 
  • Analyser, de manière objective, les causes possibles d’une telle souffrance.  
  • Aménager le poste de travail ou bien réfléchir à un changement de poste. 
  • Si cela ne suffit pas, consulter un médecin du travail. Cet expert est un interlocuteur externe à l’entreprise. Son point de vue extérieur pourra l’amener à apporter des solutions efficaces pour y remédier.  

À présent vous disposez de l’ensemble des éléments qui vous permettrons de définir au mieux une stratégie pour faire face à ce phénomène en entreprise.